1444344970images (1)

 Le TR-TT clone est conduit par un seul homme, assis sur un siège en hauteur, qui se charge aussi bien du maniement de l'engin que des systèmes offensifs, en l'occurrence un blaster à répétition assez puissant pour faucher les droïdes de combat. Bien que le pilote soit très exposé au feu ennemi, le gain de poids retiré de l'absence de tout cockpit blindé permet au véhicule d'atteindre une vitesse élevée, ce qui lui donne assez d'avantage pour remplir sa mission première : reconnaître le terrain en éclaireur afin de communiquer toute information vitale au reste du groupe, composé généralement de lourds et puissants RT-TT
 De plus, ses deux "pattes" en duracier terminées par de puissantes griffes lui permettent de traverser les terrains les plus escarpés et normalement interdits aux véhicules plus lourds et moins agiles. 

 En tant que véhicule de reconnaissance chargé de renseigner le gros de la troupe, le TR-TT clone est doté d'un équipement de détection et de communication aussi moderne que performant. Plusieurs antennes de communication longue portée, couplées à un scanner de terrain, permettent ainsi à l'engin de renseigner efficacement l'état-major en place sur l'environnement tactique et naturel. Les pilotes de TR-TT sont également équipés d'une version modifiée du casque de l'armure, comprenant une version évoluée du comlink

Très rapidement, chaque légion de l'armée clone de la république s'est équipée avec ces appareils de reconnaissance très performants, surtout dans les environnements difficiles et où l'envoi de véhicules aériens était absolument impossible pour diverses raisons, autant naturelles que tactiques.